Indications de l'hypnose

Avant de parler des indications de l'hypnothérapie, il faut considérer l'utilisation de l'hypnose sous deux aspects :

  * les effets immédiats : c'est à dire l'état hypnotique en lui-même. On trouve généralement une dissociation du corps et de l'esprit qui va être utile notamment dans le traitement de la douleur aiguë. C'est l'hypno-analgésie, qu'on va utiliser pour calmer une douleur en urgence, dans certaines opérations chirurgicales, lors d'un accouchement, lors d'un acte ou soin douloureux, etc...


  * les effets à moyen et long termes : c'est le changement qui apparaît et persiste au delà de la séance. En s'adressant à l'esprit inconscient, on crée un nouvel équilibre durable. C'est l'hypnothérapie proprement dite.

Indications de l'hypnothérapie

  * le contrôle de la douleur (peu importe son origine)
  * les troubles psychosomatiques, ou sans cause organique identifiée (digestifs, ORL, neurologiques, dermatologiques, sexuels)
  * le stress et ses troubles associés (troubles du sommeil, phobies, tics nerveux, crises d'angoisse, dépression)
  * les troubles du comportement alimentaire (hyperphagie, boulimie, anorexie)
  * l'aide au sevrage (tabac, alcool)

La douleur

Douleur aiguë :
L'hypnose permet, par une dissociation momentanée du corps et de l'esprit, de créer une anesthésie (le sujet n'a plus de sensation) ou une analgésie (seule la douleur a disparu).

Cette modification des perceptions va bien-sûr être utile en chirurgie, dans certains cas. On l'utilise seule ou associée à des petites doses de produits anesthésiques (hypno-sédation).

Disponible rapidement, le soulagement peut être utilisé pour tout soin douloureux, ou exploration désagréable (fibroscopie, examen gynécologique, ...)

Enfin, l'hypnose a un intérêt en obstétrique, pour rendre l'accouchement plus confortable.

Douleur chronique :
Lorsqu'il est en état d'hypnose, le patient douloureux chronique fait souvent l'expérience d'un soulagement qu'il ne croyait pas possible d'atteindre. Cela lui montre que son corps a intrinsèquement la capacité de contrôler la perception douloureuse.

L'hypnose va permettre d'altérer les aspects  cognitifs et de perception de la douleur, et diminuer l'attention que le patient lui porte.

Parfois, une douleur chronique n'a pas de cause organique évidente (les examens médicaux et paramédicaux n'ont rien montré d'anormal). Dans ce cas, l'hypnose peut être aussi utilisée puisqu'elle va modifier les perceptions (même dans le cas d'une "cause psychologique").

Il est aussi possible d'utiliser l'hypnose pour explorer l'inconscient afin de développer une compréhension profonde et résoudre les conflits à l'origine du symptôme douloureux...

Chaque patient va tirer de l'hypnose un bénéfice variable : certains vont noter un soulagement spectaculaire, d'autres vont trouver cette technique utile mais auront quand-même besoin d'autres méthodes pour être soulagés, d'autres vont apprécier la réduction des composantes affectives de la douleur qui la rend plus supportable, parfois le bénéfice sera plus discret...

Ainsi, tout type de douleur peut être, en partie ou en totalité, soulagé par l'hypnose. On retiendra plus particulièrement son efficacité dans la lombalgie chronique, la fibromyalgie, l'algodystrophie, les migraines et céphalées de tension...

Troubles psychosomatiques

Les troubles psychosomatiques sont caractérisés par l'existence de facteurs psychologiques (plus particulièrement émotionnels) qui jouent un rôle dans l'apparition des symptômes.

L'hypnose va être utile dans la prise en charge de ces troubles puisqu'on va s'adresser directement à la partie de l'esprit qui gère les émotions.

Un blocage émotionnel est à l'origine d'un signal corporel. L'hypnose va permettre de dénouer tout ça et ainsi de faire disparaître ce signal. Notez que le patient n'a pas besoin de prendre conscience du blocage à l'origine de ses troubles pour que ça rentre dans l'ordre...

De façon plus générale, l'hypnose sera intéressante dans les cas où on ne trouve pas d'origine évidente à un symptôme (les examens cliniques et paracliniques sont négatifs).

On retiendra plus particulièrement une efficacité de l'hypnose dans les domaines suivants :

en gastro-entérologie : colopathie fonctionnelle (syndrôme du côlon irritable), dysphagie, dyspepsie...
en pneumologie : asthme (résolution d'un conflit inconscient, gestion de la crise)
en dermatologie : eczéma, psoriasis, verrues...
en ORL : vertiges sans cause organique, acouphènes...
en sexologie : impuissance, frigidité, éjaculation précoce...

Stress et angoisse

Tout individu est soumis à des contraintes environnementales, de diverses origines, qui vont créer une certaine tension interne (angoisse).

Pour canaliser cette tension, on développe inconsciemment des mécanismes qui vont permettre de gérer (plus ou moins bien) ce stress... Ces mécanismes donnent naissance à divers troubles qui, malgré leur côté déagréable, aident la personne à ne pas aller plus mal (et éviter la dépression...).

Parmi ces troubles, on va retrouver :

les phobies
les tics nerveux
les symptômes psychosomatiques
les troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
les troubles du comportement alimentaire
le syndrome de stress post-traumatique
Quand les mécanismes de gestion du stress sont dépassés (surcharge d'angoisse), c'est la dépression.

L'hypnose, en créant un nouveau moyen de canaliser les tensions, va pouvoir améliorer ces symptômes. Par ailleurs, elle va souvent permettre un travail sur la cause profonde de l'angoisse. Même en cas de "dépression avérée", la mobilisation des ressources inconscientes va pouvoir apporter un soulagement au patient.

Troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaires représentent un des mécanismes mis en place par l'esprit inconscient pour canaliser l'angoisse.

On peut retrouver des troubles par excès ou par défaut.

Par excès :

hyperphagie : le patient va avaler en peu de temps une grande quantité de nourriture sans pouvoir s'arrêter. Contrairement à la boulimie, il n'y pas de contrôle de poids (pas de vomissement dans les suites).
boulimie : le patient absorbe aussi une grande quantité d'aliments, mais cette fois-ci, il y a un contrôle du poids (vomissements, laxatifs, exercice,...)

Par défaut :

anorexie : suite à une mauvaise perception de l'image du corps, le patient va mettre en place des restrictions drastiques de nourriture, ce qui va être à l'origine d'un amaigrissement parfois fatal...

L'hypnose peut avoir un intérêt dans ces troubles en résolvant les conflits inconscients à l'origine de l'angoisse et en désactivant les réflexes de prises de nourriture.

L'anorexie peut aussi bénéficier de cette technique, mais dans ce cas on sera souvent bloqué par le désir de ne pas prendre de poids... En effet, l'hypnose ne permet le changement que lorsque le patient veut (sincèrement) changer... Le travail sera donc plus long et souvent plus difficile.

Aide au sevrage des addictions

Bien connue pour son efficacité dans le sevrage tabagique, l'hypnose peut aider une personne motivée à se libérer d'une dépendance en limitant le manque et les autres effets indésirables (prise de poids, irritabilité, ...)

Un patient qui souhaite se libérer d'une substance ou d'un comportement a souvent l'impression qu'il n'y peut rien, que c'est plus fort que lui. En effet, le lien avec l'objet de son addiction se situe à un niveau inconscient.
Le meilleur moyen de changer les choses est donc de s'adresser directement à son esprit inconscient afin de couper ce lien.
Cela redonne en quelque sorte le contrôle à son conscient, et si le patient est motivé, son corps le suit...

Ainsi, si une personne veut réellement changer, l'hypnose va l'aider en réconciliant son conscient et son inconscient.


Retour à l'accueil

Dr Bertrand FAYARD